Votez
Membres
Sujets
Messages
Welcome
Sujets Récents
Discord
Membres en ligne
Miku Addict
Evénements en cours
Nos partenaires











Posteurs de la semaine
Posteurs du mois
Crédits : Design réalisé par Yukki et codé par Fredou. Sous © Copyright France. Lien vers les crédits complets.
» Stranger Things
Hier à 15:06 par Elow

» [Commu'] Animal Crossing Pocket Camp
Sam 09 Déc 2017, 18:12 par Tsumiki

» [Minecraft] Elyon World
Ven 08 Déc 2017, 09:23 par Tsumiki

» Cosplay-player 2
Mer 06 Déc 2017, 18:55 par Elow

» Ca ne va plus du tout...
Mer 06 Déc 2017, 18:53 par Elow

» Magazine AnimeLand
Mer 06 Déc 2017, 16:33 par Euffy

» Lucky Luke
Mar 05 Déc 2017, 22:27 par Euffy

» Ma lecture du jour
Mar 05 Déc 2017, 22:20 par Euffy

» Shingeki no Bahamut: Virgin Soul (Rage of Bahamut : Virgin Soul)
Dim 03 Déc 2017, 20:10 par Elow

» Quizz Screenshot 2
Dim 03 Déc 2017, 10:19 par Elow

» Réservations de fiches (animes, mangas, films d'animation)
Dim 03 Déc 2017, 00:57 par Hansha

» Silhouette//devinette 2
Dim 03 Déc 2017, 00:00 par Hansha

» La créa du mois !
Ven 01 Déc 2017, 21:31 par Euffy

» Partenariat avec "I N S O M N I A"
Ven 01 Déc 2017, 16:48 par Elow

» Mangas en ma possession
Ven 01 Déc 2017, 00:01 par Euffy

Elow17 Messages - 33%
 
Euffy12 Messages - 24%
 
Tsumiki8 Messages - 16%
 
Hansha8 Messages - 16%
 
Wakumi4 Messages - 8%
 
Ryuk1 Message - 2%
 
Berseker1 Message - 2%
 

 Galios !Chapitre 1 disponible
Messagepar Eustass le Mar 23 Fév 2016, 10:34
Réputation du message : 100% (1 vote)
Bonjour a tous

Bienvenue sur la grande Légende ! Galios !


bon certains se souviennent de Galios , d'autres ne connaissent même pas le nom....et bien sachez que j'ai modifier pas mal de choses, enormement même ...donc je vous conseil ( non en faite si vous voulez suivre c'est obligatoire ) de relire depuis le tout début xDDD

sinon petite explication : j'ai décidé que j'allais faire editer Galios en roman ( d'ici 1 an ou 2 le temps de terminé un concours qui est très important )
voilà pourquoi je vais vous publier ici les premiers chapitres de l'oeuvre et j'aimerais beaucoup que tout ceux qui lisent mettent leur avis...bon ou mauvais ....qu'ils critiquent
n'hesitez pas et soyez directe svp , mettez la barre haute , mais en detaillant....c'est pas la peine de dire "jem pa" ou encore "tro b1"
faites moi un avis argumentez svp ....même s'il est mauvais .... c'est essentiel pour savoir ou j'en suis et surtout pour que je m'améliore vraiment....sur ce merci a tous :)

et aussi , voici le nouveau synopsis ,


Synopsis :


Galios. Sur cette lointaine planète, une très ancienne légende connue de tous raconte qu'il y a de cela huit siècles, une gigantesque guerre comme il n'en eut jamais auparavant éclata. Cette dernière vit s'affronter le fier peuple des Galiens et le bélliqueux peuple des Ténèbres.
Mais dans ce féroce affrontement perdurant depuis un siècle, un être hors du commun vit le jour dans chaque camps: Lux dit "L'Espoir" et Skiá alias "Démon de la nuit" . Tout deux détenaient le destin du champ de bataille tout entier entre leurs mains, et la défaite de l'un signifierait l'arrêt de la guerre elle-même par une cinglante victoire.
Plusieurs siècles plus tard après la fin de cet infernal conflit, 754 années plus précisément, le chaos laissa place à une nouvelle vie. De vastes paysages plus époustouflants les uns que les autres se côtoient, aujourd'hui. Les plaines vertes à perte de vue, les immenses déserts ou encore les majestueuses chaînes montagneuse ne sont que des toiles naturelles parmis tant d'autres de cette nature plus belle que jamais.
Cependant cette nature impératrice est aussi magnifique que sombre. Cachant un passé obscur, cela a pour conséquence un présent des plus menaçants qui ne laisserait comme perspective d'avenir, un futur des plus incertains.
Notre histoire commence dans le Nord du pays de Kamala, plus précisément dans Dans la capitale du pays. Une nouvelle légende allait naître.


Dernière édition par Eustass le Sam 12 Mar 2016, 19:02, édité 1 fois
Eustass
avatar

Poussin
Sexe : Masculin
Messages : 54
Date d'inscription : 28/10/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Eustass le Sam 12 Mar 2016, 19:02
Yo tout le monde , voici avec un peu de retard le chapitre 1 :




Chapitre 1 : Comment la grande légende à débuté !





La légende commence dans un lieu lugubre , une  sorte de petite pièce , semblable à la cave d'une maison. Ses murs et son plafond , épais et blinder d'un métal plutôt rude , la rendaient coupée du reste du monde , comme pour empêcher quelque chose d'en sortir , où peut être d'y entrer.
Le planchet en bois, lui , était cabossé et poussiéreux , tellement archaïque et fragile , qu'on trouvait des brèches dans celui-ci.
Bizzarement , aucune porte ou sortie n'était visible , la pièce était semblable à une prison
Sur un des murs se trouvait un grand miroir , il était centré au niveau du mur.
Ce réflecteur se trouvait juste en face d'une chaise en bois qui était par terre , et au pied de cette même glace se situait un lit dont les draps étaient sales , vieux et usés , aucun coussin ne s'y trouvait.
Mais sur ce pieu était affalé une personne , un homme pour être plus précis.

Celui-ci était endormit , mais d'après ses mouvements qui se faisaient dans tous les sens tel un enfant faisant des cauchemars , il n'allait pas tarder à se réveiller.
Mais le plus intriguant chez lui , restaient le bon nombre de blessures porté par son corps.
Entre egratinures , bleus et plaies , on pouvait penser qu'il sortait d'un enfer.

Il devait avoir dans les vingt ans , sa barbe et sa moustache montraient un léger laisser aller.
Ça devait faire des mois qu'il n'avait pas passés un coup de rasoir.
Ses cheveux d'un brun ténébreux et en batailles commençaient à devenir long , et lui recouvraient le front.
Ses muscles étaient plutôt bien dévelloppé , ce qui allait parfaitement avec taille.
Vêtu d'un T-shit gris claire , celui-ci était devenu bien luisant à cause de la sueur du jeune homme.
Mais son habit était éreinté au niveau du foie , et était substitué par un énorme bandage , couvert lui-même par une belle tache rouge écarlate qui daté de plusieurs jours.
Son avant-bras et sa main gauche possédaient une attelle , même si son bras plein d'éraflure n'avait pas l'air d'être gravement touché , en tout cas , ce n'était pas le membre possédant les plus grosses lésions.
Il portait aussi a ce bras et par-dessus l'attelle , un bracelet noir qui serrer son poignet.
Ses cuisses étaient recouvertes par un mini short assorti au T-shirt , et sa cheville gauche était enfouie dans un bandage.

Quand il revint à lui , ses yeux s'ouvraient difficilement . Il avait des iris d'un noir aussi perçant que les ténèbres.
Ses lèvres , son nez , son visage entier possédait de petite entaille qui n'avait pas totalement cicatrisé pour certaines.
Quand il émergea pour de bon , il toussa plusieurs fois comme s'il voulait vomir et rejeter quelque chose de son corps , tout en tenant à l'aide de sa main droite sa plaie au niveau du foie qui semblait lui faire bien mal.
Quand il essaya de se dresser sur ses pieds , il chuta en avant au sol , comme un enfant essayant de marcher pour la première fois ,  et continua de tousser.
Quand sa toux fut terminé , et qu'il eut l'esprit claire comme de l'eau de roche , il se releva en s'agrippant au mur à côté de lui.
Debout , le jeune homme devait faire pas loin des 1m80 , ce qui était raisonnable pour son poids qui était surement dans les 75kg ,
malgrè ça , il était pourvu d'un souffle court qui rappelait son mauvais état.

Après quelques pas à analyser l'obscure pièce dans laquelle il séjournait comme s'il la découvrait pour la première fois , une poussé d'adrénaline lui donna un déclic et le jeune homme commença à chercher une sortie avec ardeur.
Quand il vit qu'il n'y en avait pas et qu'il recommençait à souffrir au niveau du foie , il alla se placer dos au mur et s'assaya , avant  de beugler tel un animal en stress
- Hého ! Y'a quelqu'un ...?! je suis blessé !
Quand il n'entendit pas de réponse il regarda à travers le bandage au niveau du foie tout en grinçant des dents , et vit deux grandes fentes d'au moins une dizaine de centimètres au niveau de son abdomen et de son dos , il savait alors que quelque chose l'avait littéralement traversé.
Mais la blessure semblait datée de quelques semaines déjà , elle n'était pas entièrement apaisé , mais avait quand même été soignée.
Puis son visage s'éclaira d'un coup , comme si quelque chose lui avait échappé juste avant , comme si une lueur d'espoir venait de faire surface en lui , il prit son souffle et grogner difficilement mais clairement
- Kelly....! Où es-tu Kélly ?!


Après quelques secondes de silence qui semblait être tous une éternité , il se releva de nouveau en s'aidant du mur et subitement , une voie s'exclama au jeune homme
- Tiens , tu es reveillé , alors , comment te sens-tu ?
La voie n'était ni celle d'un homme , ni celle d'une femme , mais plutôt une voie robotisé , émise par un petit trou dans le coin de l'un des murs.
Quand le brun ténébreux entendit ça , il fut d'abord stupéfié qu'on lui réponde , comme le montrait son regard abasourdit.
Puis sans attendre , il répondit avec beaucoup de détermination malgrè son mal-être par rapport à son encoche
- hey ! Ou suis-je ? Sors-moi de là !
- du calme , tu viens juste de te reveiller , c'est normal que tu panique , juste calme toi et laisse mo...
- rester calme ?! Comment je peux rester calme ! Dis-moi ou je suis !  Se manifestait-il en écrasant la voie machinale.
Puis d'un coup , il se mit à vomir par terre  et la toux revint
- ne commence pas à t'exciter , tu es encore bien amoché. Tu te souviens de ce qu'il s'est passé avant que tu t'évanouisse ?
Le brun ténébreux , suite à sa toux , commença par se calmer , puis il s'exclama
- pourquoi , je me sens si vaseux tout d'un coup… ?
- c'est le sédatif que tu es en train d'inhaler , c'est pour que tu te calme , mais ne t'en fais pas , a cette dose , il te rend seulement plus faible , tu ne risques rien.


Mais l'homme n'avait que faire des explications de la voie de l'interphone , il s'adressa a nouveau , vaseux mais remplit d'ambitions
- Sors-moi de là maintenant ! Je commence à perdre patience …!


A cet instant ,  un puissant ultrason envahissa la salle … un boucan tellement intense que le brun ténébreux  se mis les mains sur les oreilles et appuya fort tout en tombant à genoux tellement le bruis etait sourd...
quand le vacarme s'arrêta , l'homme n'entendait plus rien , comme s'il avait perdu l'ouïe , et puis petit à petit le son revint à ces oreilles...


La voie repris ensuite
- Tu es sous l'effet d'un puissant sédatif que je viens de te faire inhaler et qui va durée encore quelques heures...alors à ta place , je garderais mon energie..surtout avec ta belle blessure...
Quand le jeune entendit ça … il pris le temps de reflechir et il enchaina , plus calme malgrè le stresse qui se faisait sentir dans sa voie
- Je veux juste savoir ou je suis et pourquoi...
- tu te souviens de ce qu'il s'est passé ?
- où es-tu ? Derrière le miroir ? Montre toi , laisse-moi sortir d'ici , je dois retrouver quelqu'un !
- ça suffit ! Ici c'est moi qui dis ce que tu fais et c'est moi qui pose les questions , toi tu écoutes et tu reponds , compris ….. Thomas ?

Sur ces mots ...Thomas  pris la chaise avec poigne et se dirigea vers la glace , le regard plein de haine , malgrè son état , fit un élan avec ses bras agrippant la chaise et la lança puissamment dans le réflecteur ce qui le brisa en mille morceaux.
Les bouts de verre tombèrent les uns après les autres sur le plancher.
Malheureusement pour Thomas , derrière ce miroir se trouvait seulement la partie du mur sur laquelle il était fixé. Suite à ça , il grogna pour exprimer son mécontentement.
Puis il regarda son poignet gauche dans lequel se trouvait l'attelle , et vit le bracelet , il l'effleura , et le laissa tranquille.
Cela donnait l'impression qu'il venait tout juste de découvrir cette gourmette accrocher a son corps.
Il releva la tête et regarda le coin de la pièce d'où emmanait le son et aboya tel un pitbull plein d'agressivité
- dès que je sors , je te tue sans aucune pitié , espèce de salaud !
- Commençons par le début , Thomas , raconte-moi tout ce que je veux savoir et  je te laisserais partir. Quoi qu'il arrive tu seras libre , tu veux bien ?
- va te faire foutre ! Sort moi de là maintenant ! si tu veux te battre je suis prêt , je t'attends ! S'écria t-il toujours plein de fureur et de rancune , serrant ses poings et en le relevant comme un boxeur...
- je te laisse une dernière chance Thomas , si tu n'écoutes pas ce que je veux te dire , je coupe le haut-parleur et te laisse mediter , et je ferais ceci jusqu'à ce que tu repondes , compris ?


Thomas prit le temps d'y penser quelques secondes en se mordant les levres , se tenant sa blessure et mettant ses mains sur sa tête tout en tournant en rond , puis il se dirigea vers le trou d'où venait la voie et dit de façon dynamique avec un doigt d'honneur de la main droite
- va te faire foutre salaud ! Sors-moi de là où je sors de force !
- tu ne pourras pas sortir de force, tu es encore trop faible pour ça , tu as beau avoir un regard perçant et une voie pleine de haine , ton corps a besoin de se reposer. alors maintenant soit tu réponds et tu me dis ce que je veux savoir , soit je coupe le haut-parleur et je te laisse seul...
Thomas , sous le coup de la colère fit à nouveau deux doigts d'honneur en gueulant
- tu peux toujours crever !


Plus aucun son hormis les bruits de Thomas qui était à la fois agréssif , paniqué et qui souffrait ne se fit entendre dans la salle...
Des heures durant ,  Thomas tourna en rond dans la salle , il faisait les cent pas et essaya tout ce qu'il pouvait pour sortir
il prit le lit et essaya de forcer un mur , frappa de toutes ses forces sur le même mur
Il était semblable à un animal enfermé voulant à tout prix retrouver sa liberté, il aboya sans cesse pendant les premières heures.
Malheureusement , au fur et à mesure que le temps passait , l'entaille du jeune homme et l'effet du sédatif le rendirent vulnérable , tel un lion qui n'avait plus assez de force pour tenir debout mais qui essayait par tous les moyens.
Enfin ,  il s'essaya dos au mur et attendis , quelques secondes , quelques minutes , quelques heures ,
Il attendit longtemps , avant de s'endormir de nouveau.



Après un temps qui avait semblé une éternité pour Thomas , la voie robotisé le sortie à nouveau de son sommeil
- Alors Thomas....tu as médité durant ces 24 dernières heures ? Tu es prêt à me raconter où je reviens plus tard
le jeune homme qui émergea à nouveau ne répondit pas à la question et ne posa qu'une question
- t'es revenu pour me sortir de là … ?
- C'est fou ça ! je viens de te faire poiroter pendant un jour entier et tu n'as toujours pas changé ta position ?! il faut que je parte une semaine entière pour que tu captes enfin qu'ici , c'est moi qui pose les questions ? Tout ce que je veux , c'est que tu me réponde , et après je te delivre , après tu es libre , ce n'est pas compliqué non ?
Thomas se releva difficilement en tenant sa blessure et regarda la tête haute et le visage dégagé vers le coin du mur et dit calmement mais dynamiquement
- si je te dis ce que tu veux , tu me libères ? Ok , tu veux savoir quoi !
- je veux savoir tout ce qu'il s'est passé dans les moindres details , je veux savoir comment tu as pu foutre ton nez dans un tel désastre , je veux savoir pourquoi tu l'a fait , je veux tout savoir , tout depuis le départ. Commence par le commencement et finis par la fin. Raconte-moi tout , petit à petit , c'est tout ce que je veux savoir....

Thomas s'éreinta la lèvre avec ses dents lorsqu'il entendit ces mots , et alla ramasser la chaise afin de s'y assoir. Puis il s'exclama
-  Donc tu veux tout savoir, c'est tout ce que tu veux ? Ok , montres-toi et je t'explique , sinon je ne dis pas un mot
- T'es vraiment long pour comprendre les choses quand tu n'es pas intéressé hein , si tu veux pas me raconter je m'en vais , je te laisse à nouveau réfléchir dans cet endroit et je reviens dans quelques jours pour te reposer la même question , et je répète la même chose jusqu'à ce que tu me craches ce que je veux savoir...
- Tu te gourre , tu seras obligé de venir pour me nourrir...
- La nourriture , tu penses que je n'ai pas assez de cran pour te laisser mourir de faim ?
- Tu m'as bien soigné ….
- Et je pourrais te laisser mourir que ça ne changerait rien pour moi , je ne suis pas ton ennemi , mais sache que je ne suis pas non plus ton allié , te tuer ne m'empêcherais pas de dormir la nuit....
Thomas prit le temps de réfléchir et dis calmement
- Tu veux que je commence par où ? Le tournoi ?
-  Je veux que tu commences par la situation initial , je veux que tu me racontes ce qui s'est passé à partir du jour où tout a changé ! Comment tu es passé d'un simple gamin , a un mec aussi décevant. je veux tout savoir.....


Après ce discours , le souffle de Thomas commença à ralentir , et ses yeux se fermèrent , et il se concentra
- Je suppose que ça ira plus vite si je te raconte plutôt que si je te laisse repartir...
- voilà , tu commences à comprendre
- ok , c'était en automne 754 , j'allais bientôt avoir 17 ans , au départ la journée était comme les autres....et puis tout a basculé.



AN 754 :


Au Sud du continent d'Alaguéra, se trouvait un pays nommé Kamala.
Au Sud-Est se situait la capitale du pays , Kamain  , dans laquelle on comptais des milliers de personnes.
Celle-ci était faite d'une ville partagée en cinq cités , avec chacune sa spécialité.
A Kamain-Centre se trouvait une grande place dans laquelle les gens pouvaient se détendre , les bar , restaurants et les bancs pour se reposer étaient nombreux.
Kamain-Sud était un lieu pour les études des jeunes citoyens , Kamin-Ouest était la zone commerciale de la capitale , on y achetait les vêtements , la nourritures , ou même les armes.
Kamain-Est était l'endroit spécialisé dans les grands événements de la ville , comme les combats d'arènes , ou les spectacles.
La dernière cité était Kamain-Nord , dans cette partie-là se trouvait les habitats des citoyens de Kamain , et c'est aussi ici que tout débute.
Il devait être 7h30 en cette matinée
Les centaines de maisons se suivaient tel des voitures dans un bouchon.
Dans l'une d'elles se trouvait une chambre plutôt désastreuse de par son bazarre , les vêtements étaient partout sur le sol telles des mines sur un champ de bataille et il y avait des restes de nourriture datant de quelques jours.
Au milieu du bordel était positionné un lit dans lequel un jeune garçon avait élu territoire.
Le reveil fut plutôt facile pour celui-ci , on pouvait penser qu'il avait une grande habitude à émerger à cette heure là , au vu de la rapidité de se relever .
Quand il fut debout , on pouvait voir un jeune aux cheveux brun , moyen mais de taille raisonnable pour ceux d'un jeune homme et allant vers l'arrière.
Ses yeux étaient d'un noir profond et perçant , bien rasé , et en caleçon , ses muscles étaient bien travaillés.
Il devait faire dans les 1m80 , et son poids devait approcher les 70kg , un tout petit peu moins.
Soudain quelqu'un cogna à sa porte et s'exclama
- Bouge toi Thomas , arrivée en retard le premier jour ça le fait pas du tout !
D'après sa voie , il s'agissait d'un garçon.


Quand Thomas eût fini de prendre sa douche , il se vêtit d'une belle chemise blanche fermée au niveau du torse et d'un beau jean sombre lui allant jusqu'à ses chaussures noir en parfaite harmonie avec le jean.
Après ça , il se dirigea vers le salon , ou se trouvait une grande table avec 4 chaises , et une petite cuisine ou se trouvait un second garçon , tout juste plus jeune que lui , celui-ci était blond , contrairement à Thomas et possédait des yeux noisette , il était un peu plus petit que Thomas , dans les 1m76 , pour un poids d'environ 66 kg ,  mais son corps était aussi bien taillé par rapport à sa taille.
Il était vêtu comme Thomas à l'exception de sa chemise , qui était d'un bleu marine.
Il s'adressa à Thomas sur un ton agacé par son comportement
- j'en ai marre , je me suis levé à 6h00 du matin car j'arrivais pas à dormir sachant qu'on rentre en faculté pour apprendre à devenir des soldats gouvernementaux et toi , tu te lèves 20 minutes avant le cours sans aucune pression....si maman était encore en vie , elle t'aurais tué ! Et je sais pas pourquoi je me retiens de te frapper .
Thomas rigola un instant et sortit avec un sourire
- surement la peur Matthew hahaha

Matthew souria , avant d'attraper son sac et de répondre à son frère en partant en cours
- je pars devant , je te reserve une place , tarde pas trop où tu vas te faire remarquer dès le premier jour Thomas !
- t'inquiète je gere petit frère  ! Cria t-il au blondinet de bonne humeur


Après quelques minutes , Thomas était enfin prêt , malgrè son retard , il commença à courir à vive allure avec son sac dans le dos dans les ruelles de Kamain.
Il passa par Kamain-Centre et en se precipitant , le brun ténébreux alla se plaquer contre le dos d'un homme , puis il repartit en courant tout en s'excusant envers celui-ci.
L'homme en question était recouvert d'une grande robe noir , lui cachant même le visage avec sa capuche , mais il fixa le jeune brun quelques instants.

Quand il arriva dans l'école il se dirigea desuite et d'un pas ferme vers une salle , comme s'il était certain de savoir ou se trouvait le cours.
Quand il frappa à la porte et qu'il l'ouvrit , un grand amphithéâtre se trouvait devant lui , et une bonne centaine d'élèves avaient le regard braqué sur lui.
Il s'avança dans la salle et se dirigea vers le proffesseur , qui était un viel homme chauve , habillé d'un ensemble d'un costard.
Il le regarda avec un tout petit sourire amusé en coin de lèvre et s'exclama
- désolé du retard , je me suis perdu dans les couloirs.
le vieil homme lui répondit d'un ton sérieux et calme
- bien , mais évitez que cela ne se reproduise jeune homme , maintenant aller vous assoir.
Thomas fit ce que le professeur lui avait demandé et se dirigea vers le coin gauche au milieu de la grande salle ou se trouvait Matthew qui lui fit un sourire pour lui faire comprendre qu'il n'était pas doué.
Le jeune brun qui comprit alors que son frère se moquait de lui et replica
- Quoi ? J'étais à l'heure , c'est juste qu'en courant j'ai plaqué un vieux , je l'ai donc aidé à se relever.


L'instituteur commença alors son cours d'une voie imposante et sérieuse
- Bien ! Donc pour le jeune brun qui est mauvais en orientation , je répète , je suis M. Valo , profeseur d'histoire-Géo . Maintenant commençons le premier cours , qui portera sur de petites questions pour connaître un peu votre culture générale
Puis il s'adressa à la salle avec un grand geste des bras
- quelqu'un pourrait me dire à quoi correspond la crise de L'usine d'Iron ?

Quand il vit certaines mains se lever , il interrogea une fille située vers l'avant de la salle qui répondit haut et fort mais d'une voix douce
- La crise de l'Usine Iron date de l'an 592 , le gouvernement à découvert dans une usine , que plus de 10 000 hommes , femmes et enfants ont été torturé , tué , emprisonné et traité comme des moins que rien , ils ont servi de cobayes aux expériences d'une organisation qui voulait créer quelque chose , mais on n'a jamais pu savoir ce que c'était.

Thomas chercha alors pour voir la personne qui avait parlé et vit une jeune fille avec de beaux cheveux d'un noir intense , dans lequel il était très facile de se plonger. ils étaient ondulés et plongeaient telle une cascade jusqu'à la poitrine de la jeune femme.
Le professeur enchaina alors
- bravo Mlle. Passons à la suite , quelqu'un peut-il me parler du...

mais l'enseignant fut de nouveau coupé par un haut-parleur
- M. Valo , veuillez vous rendre dans le bureau du proviseur , nous devons vous parler , merci.
Surpris le prof ne chercha pas trop à comprendre
- bien heu...le cours est terminé , je suis désolé , c'est une rentrée plutôt étrange haha , je vous revois demain.



Quand Thomas et Matthew se levèrent en même temps que tous les autres élèvent pour sortir de la salle, ils furent séparés par la foulle.

Thomas fut le premier des deux à trouver la sortie malgrè le deluge de personnes , quand  il se rendit dans le couloir pour attendre son frère , une main l'attrapa au niveau de son bras et l'entraina dans un petit coin sombre. Thomas était choqué sur se qui venait de ce passer et ne comprenait pas , quand il regarda celui qui avait fait ça , il s'agissait de la personne que Thomas avait bousculée dans la rue quelque temps plus tôt.

Quand il enleva sa capuche , on vit un homme , d'une quarantaine d'années , un peu plus , et dont la taille devait être de 2 mètres , le poids ne dépassait pas les 88kg , sa barbe et sa moustache brune étaient fines et ses cheveux bruns étaient de courte taille et formaient des pics.
Il regarda Thomas de ses yeux marron et aboya d'un ton satisfait
- Quelle chance que je sois tombé sur toi aujourd'hui … toi et ton Aura.



TO BE CONTINUED.
Eustass
avatar

Poussin
Sexe : Masculin
Messages : 54
Date d'inscription : 28/10/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Akihiro le Mer 16 Mar 2016, 07:50
Réputation du message : 100% (1 vote)
Bon Eustass, tu veux des avis constructifs alors je vais me permettre de te faire une critique en bonne et due forme. Désolé si je suis un peu cassant, c'est pas le but visé mais quand j'ai des écrits sous les yeux, je mets de côté mes sentiments et ma subjectivité.

Pour commencer par ton synopsis :

Tu peux faire absolument ce que tu souhaites avec ton scénario, c'est toi le maître de ton œuvre et personne ne peut se permettre de remettre en question tes choix quant au destin des personnages, leur personnalité ou encore la façon dont ils évoluent, de ce fait rien ne portera sur la véracité et la logique de ton histoire. Nous allons commencer dans l'ordre par les quelques problèmes relativement importants.

L'un des plus gros problèmes de ton écriture, c'est le manque de rigueur. Tu n'as pas relu ce que tu faisais, ni même passé du temps sur open-office à simplement corriger les fautes, et tu ne le ressens peut-être pas personnellement mais il est assez désagréable de lire une œuvre truffée de fautes, d'autant plus quand celle-ci se meut à travers différentes époques et repères spatio-temporels.
Ça fait TROP amateur
Les tournures de phrase de ton synopsis sont vues et revues, et de temps en temps écrite et orientée d'une façon scolaire digne d'un collégien :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« une très ancienne légende connue de tous raconte qu'il y a de cela huit siècles, une gigantesque guerre comme il n'en eut jamais auparavant éclata. »

Ensuite, le problème le plus récurrent et abominablement crispant, c'est ton besoin de pourvoir le moindre nom commun d'un (minimum) ou plusieurs adjectifs "basiques" :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« cet infernal conflit, nouvelle vie, vastes paysages plus époustouflants les uns que les autres, Les plaines vertes. Etc »

Les phrases sont trop longues et laborieuses, ce qui coupe toute synergie de lecture au... lecteur. Impossible de retenir quoi que ce soit, de subir catharsis et encore moins d'entrer et de s'identifier dans ton monde. Cette gymnastique mentale est inconcevable en lecture.
Et on a cette impression de trop s'amplifiant au fur et à mesure que l'on s'enfonce dans ton texte :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Cachant un passé obscur, cela a pour conséquence un présent des plus menaçants qui ne laisserait comme perspective d'avenir, un futur des plus incertains. »

Là tu vois il manque carrément des mots, ou de la ponctuation, ou bien une fin de négation qui ici n'a même pas lieu d'être. Par exemple pour rendre ta phrase plus agréable et française, tu peux utiliser de petites astuces littéraires basiques :

« Cachant un passé obscur, notre présent ne peut en être fondamentalement différent. Les perspectives d'avenir que nous laisse entrevoir ce présent (répétition) sont, d'ailleurs, incertaines »

J'essaye de garder ton style d'écriture et tes déictiques pour ne pas enlever à ton travail sa personnalité mais il est compliqué d'intégrer dans une langue SOV et flexionnelle l'usage de trois repères temporels radicalement éloignés.

« Contrairement à ce que l'on peut croire, cette nature impératrice n'est pas magnifique. Elle garde jalousement les souvenirs des temps oubliés. Notre présent ne peut s’épanouir dans l’ignorance. L'avenir s'annonce plus incertain que jamais. »

Encore une fois en gardant ton style, mais en séparant d'une ponctuation sèche les phrases. Ce sont des affirmations, des faits, il faut ressentir que le conteur prend parti, parce que c'est ce que tu cherches à faire, si ce n'est pas le cas, mea culpa, mais il faut retravailler alors l'omnipotence et l'omniscience ou carrément l'objectivité de la narration, parce qu'en le relisant plusieurs fois, j'y ai cru.
Ensuite le troisième problème mais non pas des moindres j'ai nommé : les variations des temps.
Les temps varient trop rapidement, et se mélangent parfois. Les participes présents ne s'adaptent pas à toutes les formes (Cf modes impersonnels.). Et parfois l'abus d'assonances et d'allitérations comme :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Les majestueuses chaînes montagneuses. »
Phonème /u/

tendent à renforcer la présence des participes présents /a/ et rendre la lecture rébarbative dans l'inconscient (écrire c'est aussi comprendre les mécanismes qui font qu'un livre est passionnant).

Attention également aux métaphores et comparaisons, bien trop fréquentes comme elles pourraient l'être dans un devoir lycéen d'invention. Les pléonasmes sont légion, la gradation trop « surenchérisseuse ». Tu devrais alterner les métaphores et le parallélisme, ce n'est pas une solution à long terme mais ça diversifiera au moins tes textes. Fais des litotes plus induites, on remarque beaucoup trop ce que tu veux suggérer, parfois tu te sens obligé de le préciser par peur que les gens ne le comprennent pas comme toi tu voudrais qu'ils le comprennent.
Ah oui : Trop d'hyperboles inutiles, tu verras un peu plus bas ce que j'en pense.

Et n'oublie pas de te relire et de corriger tes fautes, vraiment. Cela nous empêche d'apprécier pleinement l’œuvre, tout le monde fait des fautes, moi même dans cette critique je vais en laisser bon nombre mais je ne cherche pas à partager mon histoire au grand public.

Bon voici le gros du gros, nous arrivons au chapitre :

Déjà première astuce :

Double ponctuation => double espaces, devant et derrière.
Ponctuation simple => espace derrière la virgule.


Encore une fois, trop, beaucoup trop d'adjectifs, partout, TOOOOUT PARTOUT :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
«était cabossé et poussiéreux , tellement archaïque et fragile »

C'est vraiment TROP long.

De nouveau une variante du problème de répétition, c'est ce qu'on cherche à faire quand on veut l'éviter qui pose maintenant problème.

Toujours penser à refaire ses phrases quand on change plusieurs fois l’appellation d'un objet en l'espace de seulement quelques lignes « Le miroir, le réflecteur, la glace ». La constructions de ses phrases est forcément bancales, « sur l'un des murs, centré, se trouvait un grand miroir. Devant celui-ci, une chaise en bois, renversée. » est plus agréable, c'est simplifié à l'extrême.

Si tu veux, pour faire simple, le lecteur va passer son temps à percevoir l'univers que tu tentes de lui dresser, c'est un réflexe cognitif primaire qui te permet de te souvenir de choses immatérielles, les détails d'une discussion ou encore l'âge des gens. Moi à cette étape j'en suis encore à m'imaginer le plancher parce que je n'arrive pas à savoir à quoi il ressemble vraiment. D'ailleurs si ton plancher est cabossé, peut-être n'était-il pas si fragile que ce qu'il laissait paraître puisqu'il pourrait par déviation absorber les dégâts qu'il subit en se cabossant. Voilà le piège des adjectifs.
J'vais pas revenir à chaque fois sur les mêmes problèmes, alors on va se diriger vers les autres.

Trop de connecteurs logiques, tu dois choisir entre la ponctuation ou les connecteurs logiques, les deux rendent la lecture fade et dénuée de sens « j'allais boire ce verre, mais je n'avais plus soif » <=/=> « j'allais boire ce verre mais je n'avais plus soif. ».

Incapable de me souvenir du moindre détail de ton personnage, trop fouilli et la foison de détails définissant presque la structure atomique du personnage perd à jamais le pauvre lecteur qui voulait une représentation mentale simple de Thomas. Les temps continuent après de s'entrechoquer dans tous les sens.

Je trouve que les premières paroles de notre héros ne coïncident pas avec la description faite un peu plus haut, je le voyais plus s'asseoir et réfléchir comme Guts de Berserk puis arracher avec les dents chaque centimètre carré de la pièce où il se trouve.

Pas besoin de préciser TOUT tout le temps non plus, laisse faire l'imagination du lecteur, c'est les fameuses litotes dont je te parlais :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
«   et vit deux grandes fentes d'au moins une dizaine de centimètres au niveau de son abdomen et de son dos , il savait alors que quelque chose l'avait littéralement traversé. »

Mis à part le no shit sherlock que j'me suis tapé mentalement « Il su alors que quelque chose l'avait littéralement traversé » les temps, les temps, les temps.

Si tu veux mon avis personnel, j'ai l'impression que tu écris comme si tu racontais le film que tu viens de voir à un bon pote, un film que tu adores et que tu veux détailler un max pour être sûr de lui faire rentrer dans la tête.

La suite à partir de l'an 754 est quand même plus intéressante, moins de fautes, plus de structuration, on dirait deux personnes différentes, même si les mêmes problèmes cités plus haut persistent toujours.

Donner les poids et les tailles c'est bien, mais seulement dans un book de perso, personne n'est capable de se rendre compte d'une corpulence avec simplement un poids et une taille.

« Le géant effilé, le nain ventripotent » et ainsi de suite.

Voilà Eustass, l'histoire en elle-même je la trouve simplement trop longue, donc je n'ai pas d'avis concret puisque je n'ai pas vraiment saisi les enjeux pour le moment, enfin j'ai revu la cinématique de Portal version papier quoi (Joke).

Bonne chance quand même, et j'espère que tu t'amélioreras !
Akihiro
avatar

Poussin
Sexe : Féminin
Messages : 1503
Date d'inscription : 04/05/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Contenu sponsorisé le
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas   
 Galios !Chapitre 1 disponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nippon Syndrom :: Made in NS :: Créas littéraires