Votez
Membres
Sujets
Messages
Welcome
Sujets Récents
Discord
Membres en ligne
Miku Addict
Evénements en cours
Nos partenaires











Posteurs de la semaine
Posteurs du mois
Crédits : Design réalisé par Yukki et codé par Fredou. Sous © Copyright France. Lien vers les crédits complets.
» Partage de visuels hivernaux !
Aujourd'hui à 10:57 par Tsumiki

» [PUBLICISTE] A, B, C, Je sais Twitter !
Aujourd'hui à 10:05 par Tsumiki

» Réservations de fiches (animes, mangas, films d'animation)
Hier à 12:20 par Tsumiki

» Stranger Things
Dim 10 Déc 2017, 15:06 par Elow

» [Commu'] Animal Crossing Pocket Camp
Sam 09 Déc 2017, 18:12 par Tsumiki

» [Minecraft] Elyon World
Ven 08 Déc 2017, 09:23 par Tsumiki

» Cosplay-player 2
Mer 06 Déc 2017, 18:55 par Elow

» Ca ne va plus du tout...
Mer 06 Déc 2017, 18:53 par Elow

» Magazine AnimeLand
Mer 06 Déc 2017, 16:33 par Euffy

» Lucky Luke
Mar 05 Déc 2017, 22:27 par Euffy

» Ma lecture du jour
Mar 05 Déc 2017, 22:20 par Euffy

» Shingeki no Bahamut: Virgin Soul (Rage of Bahamut : Virgin Soul)
Dim 03 Déc 2017, 20:10 par Elow

» Quizz Screenshot 2
Dim 03 Déc 2017, 10:19 par Elow

» Silhouette//devinette 2
Dim 03 Déc 2017, 00:00 par Hansha

» La créa du mois !
Ven 01 Déc 2017, 21:31 par Euffy

Tsumiki3 Messages - 100%
 
Elow17 Messages - 31%
 
Euffy12 Messages - 22%
 
Tsumiki11 Messages - 20%
 
Hansha8 Messages - 15%
 
Wakumi4 Messages - 7%
 
Ryuk1 Message - 2%
 
Berseker1 Message - 2%
 

 Raconte-moi ton rêve Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Messagepar Kon-Tact le Dim 29 Mai 2011, 01:27
Réputation du message : 100% (4 votes)
Rappel du premier message :

Plusieurs personnages parlent de rêves pour leurs créas ou tout simplement dans ce qu'ils aiment faire (j'en fais partie) alors je m'étonne que cette rubrique n'existe pas (à moins que je ne l'ai pas trouvé, en ce cas excusez-moi  Euh )
  Il m'est arrivé d'écrire des histoires à moi aussi avec les logiciels de textes actuels c'est très rapide de mettre sur page ce que l'ont ressent, bien que je n'en ai jamais finie une seule.
  L'inspiration ça vient et ça repart mais je me suis rendu compte que 80% des petites histoires que j'ai écrites me viennent de mes rêves c'est pourquoi ils représentent une énorme source d'inspiration et que c'est une chose qu'il est très intéressant de partager et très amusant aussi  ^^
  Entendons nous bien pour moi un rêve n'arrive pas forcément pendant la nuit, il peut tout aussi bien arriver qu'on se prenne à rêver en plein cours de math...
  Un rêve peut être: complètement formé (situation initiale, élément perturbateur, péripétie(s) etc) ou n'être simplement qu'une idée ou qu'un personnage.
  D’après certains scientifiques le rêve est complètement oublié après quelques heures (pour les rêves de nuit) mais comme je sais que certains membres se connectent au forum dès le matin je compte sur eux pour enrichir ces pages.   oki
  remarque importante: quand je dis une idée je demande à personne de raconter sa vie
exemple: Aujourd'hui papa m'a demandé d'aller acheter des couches avec mamie (voila ça ressemble plus à un VDM qu'à un rêve     grr )
mais pourquoi pas :j'ai rêvé que j'avais dû aller acheter des couches à mon père car il a disjoncté quand
ma mamie lui est tombée dessus dans les escaliers et maintenant il se prend pour un bébé et mouille son lit
(c'est déjà plus intéressant et plus marrant aussi)
  Bien sûr à vous de nous embellir et de nous développer tout ça (ou pas à vous de voir)
Je compte sur vous sayonara
 bye
  je dis ça aussi en tant qu'apprenti à l'art de l'écriture; en participant vous pouvez aider certains de nos créateurs à retrouver de l'inspiration ou peut-être même vous découvrir des talents d'écrivain (tout est possible sur ce vaisseau aux surprises toujours plus inattendues et diverses)

Relu par Nareshi
Kon-Tact
avatar

Poussin
Sexe : Masculin
Messages : 909
Date d'inscription : 23/05/2011
Localisation : Trop loin !

Revenir en haut Aller en bas   

Messagepar Akihiro le Jeu 19 Mai 2016, 21:57
Réputation du message : 100% (2 votes)
Bon j'ai fait un rêve y'a trois jours, j'hésitais à tous vous le compter mais j'ai décidé de le balancer ici, que ça relance un peu le forum (Jk).

Nous étions samedi, jour communément admis comme phase de décompression entre les différentes semaines parsemée de péripéties laborieuses. Nous voulions tous liquider notre capital de stress en se bourrant joyeusement la gueule dans une soirée sélectionnée parmi les innombrables rassemblement sociaux habituels du week-end, qui finiraient encore sur facebook, avec nos regrets sincères les plus distingués.
Je ne savais toujours pas ce que je voulais faire et il était déjà tard. J'attrapais mon téléphone et m'étendait sur mon lit. Tous ces noms et prénoms qui jonchaient mon répertoire, conservés pour la plupart comme de vulgaires trophées. Qui n'a jamais fait défiler son répertoire à côté de ses amis, les invitant subtilement à contempler l'étendue de son influence sociale ? Cette petite pointe de narcissisme si savoureuse, made in second millénaire que nous, enfants numériques, nourrissons un peu plus chaque jour.
Un tambourinement familier vint me tirer de ma torpeur. J'enfilais deux trois vêtements dans l'optique de respecter le quelconque humain daignant m'accorder un peu de son intérêt. Je traversais le salon et vérifiait mes messages une dernière fois, rien à signaler. Pour parer à d'éventuelles surprises, je quémandais l'aide de Judas, noble roi des traîtres qui me prêtait main forte dans mon éternel quête de préservation de pseudos relations sociales que je classais en fonction de ce qu'elle m'apportait. Rien à l'horizon me disait-il. Peut-être était-ce encore un coup des gamins du pallier qui passaient leur temps à emmerder les gens, pourquoi n'ont-ils jamais école ? J'ouvrais tout de même la porte en espérant les attraper sur le fait. Se tenaient devant moi deux enfants qui n'étaient point réellement ceux que j'aurais aimé voir. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] venaient me trouver pour participer à, d'après les dires, l'un des plus gros rassemblement moundain de l'époque. Yukki avait fait un effort monstrueux de présentation. Un costume taillé sur mesure pour l’événement dont il nous rabâchait le prix sans cesse, une emporio armani signée de l'horloger lui-même et une paire de croco fraîchement brodées. Ce n'était que quelques plumes supplémentaires qui étoffaient la queue de ce magnifique pan alpha toujours aussi tape à l’œil. Fairth n'avait rien lâché. Elle n'avait pas l'air très enjouée, elle se contentait de juger Yukki en étant légèrement reculée. Son regard moqueur habituel saupoudré d'une once de mépris lui seyait merveilleusement bien. Je retenais mon rire et acquiesçait d'un mouvement de tête chacune de ses déclarations. Nous finîmes par descendre en ascenseur.
Je ne saurais l'expliquer clairement mais le parfum qu'avait choisi Fairth n'arrêtait pas d'avorter toute tentative de mise au monde d'une pensée objective. Je me sentais juste bien, j'aurais aimé que le temps puisse s'arrêter, elle était si proche de moi, j'avais l'impression que les murs allaient nous écraser. Ces petits moment de bien-être sans raisons apparentes sont si enivrants. Nous sortîmes de l'ascenseur, Yukki s'arrêta soudain de parler puis se dressa devant nous. Il leva la main vers le ciel et pressa le bouton d'une télécommande aux allures de smartphone futuriste. Un magnifique cabriolet s'arrêta devant nous, les portes se levèrent. Il nous invita à prendre place. Je montais à l'avant en jouant de mes grandes jambes pour railler par la même occasion mes comparses sur leur condition pourvue d'avantages. Je concrétisais tout ceci par le fait de pouvoir regarder sous les meubles sans avoir à se baisser.
Yukki démarra et nous partions donc pour cette fête qui s'annonçait palpitante, ironiquement. Le trajet fut rapide, chacun n'échangeant presque pas avec les autres. Quelques instants avant d'atteindre notre destination, Fairth nous précisa qu'elle allait descendre un peu avant pour s'habiller plus convenablement. Yukki s'arrêta donc quelques mètres avant notre but et la déposa. Il partit se garer devant l'entrée de la réception, notre place étant apparemment attribuée lors des réservations. A l'égal du festival de Cannes nous défilions tous sur un tapis rouge qui finissait par nous mener jusqu'à un gardien. Il s'occupait des admissions dans le hall. Il me fit don d'un petit carton doré qui était la copie conforme du billet d'or que trouve Charlie dans son film éponyme. Yukki m'indiqua qu'il avait déjà donné l'invitation à Fairth. J'allais lui poser la question, le fait qu'il me prenne de court si facilement m'avait laissé dubitatif, je me souviens avoir pensé que je rêvais à cet instant mais rien ne m'en fit prendre conscience réellement.

Après quelques pas à l'intérieur, nous étions assaillis par tous les invités, Yukki semblait connu et respectés par de nombreuses personnes. Ce n'est pas que je sois particulièrement ochlophobe, je préfère dire que je ne suis pas à l'aise lorsque le bruit se fait supérieur à ma capacité de gestion des conversations. Tout en hochant la tête je m’éclipsais petit à petit de son groupe d'amis pour rejoindre l'entrée. Pour une fois, j’espérais voir Fairth qui m'aiderait sûrement à rendre cette soirée bien plus intéressante, je notais dans ma tête tous les petits détails physiques sur lesquelles nous aurions pu rire. Il ne fallut que quelques minutes avant que mes prières soient entendus, elle fut annoncée à l'accueil. En arrivant près d'elle je me sentais enfin en sécurité, soulagé. Une claque dans la gueule, voilà comment je pourrais résumer cet instant dans mon esprit. Je restais scotché devant la robe qu'elle avait choisie. On aurait pu me demander qu'elle était la chose la plus improbable que j'aurais aimé voir avant de mourir, j'aurais choisie celle-là sans hésiter. Une robe d'un bleue splendide, fermée à la taille par une ceinture incorporée factice qui mettait en avant quelque chose que je n'avais encore jamais remarqué chez elle, sa féminité. J'étais subjugué. Je m'en voulais, terriblement, de penser qu'elle était jolie à ce moment-là .J'étais rongé par un sentiment de culpabilité dont j'ignorais l'origine, je refoulais tout sentiment qui s'apparentait à de l'admiration ou de l'attirance. Nos regards se croisèrent et par faiblesse, je tournais la tête.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

« Bon, t'as foutu quoi ? J'ai failli m'retrouver tout seul avec Yukki » lançais-je pour récupérer ma position d'insouciant au cœur de pierre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Bah tu sais bien, c'pas facile à enfiler toute seule monsieur je sais tout faire mieux que tout le monde. » me répondit-elle en souriant.

Je voulais bouger car nous étions sur le passage des nouveaux arrivants. Je lui proposais d'atteindre un endroit calme pour passer le temps plus agréablement. Ce que j'avais oublié de prendre en compte, c'était le fait qu'elle puisse plaire à d'autres personnes que moi. Plus nous avancions plus les gens se retournaient sur elle et finissait par lancer la discussion sur des sujets futiles, sans fonds.

Le problème avec Fairth, c'est qu'elle peut trouver tout ce qui existe dans ce monde ridicule mais vouloir quand même en savoir d'avantages quand elle est concernée. Il faut également prendre en compte la perfidie qui poussent ces renards à appâter à coup de remarques hyperboliques mélioratives les poules à l'origine des filets de bave dégoulinant de leurs lèvres. Une hypocrisie sans communes mesures propre à tous ces porcs phallocrates, naissante de la faiblesse sociale de ces parvenus qui prônent la valeur du travail en ayant récupérer l'entreprise familiale sans avoir fréquentés les rangs d'une quelconque école.
En voyant la situation se répéter, je récupérais les quelques affaires que je venais tout juste de déposer pour m'apprêter à regagner mon doux chez moi. Une forte douleur au poignet stoppa mon départ. Elle s'apparentait néanmoins un peu plus à une étreinte. J'avais beau tiré, impossible de me mouvoir. La chose qui m'avait attrapée ne voulait pas s'en défaire. Une Fairth que je n'avais encore jamais vu se découvrait à moi. Son regard parlait pour elle. Si je la laissais seule, je serais émasculé puis condamné à porter les marques de ma virilité déchue aux oreilles.
Je décidais donc de lâcher mes principes pour cette fois me saisir de sa main et l'emmener un peu plus loin.
Je marchais vite, je ne voulais pas tomber sur quelqu'un que je connaissais.
Yukki réussit à m'intercepter. Il commençait à m'énumérer les points forts de la nouvelle application qu'il avait découverte, un peu comme une pub de télé-achat. Je ne sais pas si je pourrais parler de miracle mais son téléphone le bippa, il partit répondre plus loin en nous faisant signe de ne pas bouger, inutile de préciser qu'il pouvait toujours rêver. Nous arrivâmes sur l'un des balcons de l'étage, un endroit moins intello-centré qui faisait très Florence dans l'âme. Des lits romains, de petites tables basses ornées, quelques saladier de fruits et surtout l'absence de tout ce brouhaha insupportable. Certaines de ces banquettes étaient d'ailleurs occupées par quelques convives désireux de s'isoler quelques temps pour passer un moment plus privilégié. L'idée ne me plaisait pas mais à choisir, je préférais sans hésiter un seul instant rester ici, même avec elle. Elle ne semblait pas plus troublée que ça par tout ce qu'il venait de se passer. Elle me dévisageait, attendant peut-être que je lance une quelconque conversation. Je m'asseyais et l'invitait à faire de même.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Donc, t'es contente d'être là ? Si on m'avait dit un jour que je me retrouverais dans ce genre de... Soirées avec toi... Enfin on s'en fout, c'quoi cette robe putain ? » dis-je en arborant une posture qui se voulait décontractée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Akiiii, j'ai tellement de choses à te raconter depuis la dernières fois, j'y vais ! » s'exclama-t-elle subitement.

Je ne sais pas quelle magie noire avait opérée ce soir mais elle commença à me raconter toute sa vie. Son frère qui venait de larguer sa copine, sa tante qui n'avait plus de temps à accorder à ses bégonias importés du Tibet, son chien qui était mort quand elle avait trois ans, le pourquoi du comment de sa préférence du vert par rapport aux autres couleurs, tous ces sujets sans consistances qui ruinent en quelques temps les fondations d'une relation durable. J'avais cette impression de perdre mon temps, de passer à côté de quelque chose d'important. Notre relation étant basée sur des principes si similaires pourtant, j'avais l'impression qu'elle se contentait de briser tout ce qui avait été si durement acquis. Il me fallait arrêter tout ça. Dans le silence absolu, je me levais. Ma main s'écrasa sur sa joue.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Fairth... H**... Fairth ! Tu peux arrêter les conneries deux minutes ? Tu peux arrêter toute cette merde putain ! ? » criais-je, tout énervé, tentant de reconstruire la barrière virtuelle qui venait d'être violemment fracassée à cou de pied de biche.

A peine voulus-je entamer une conversation sérieuse qu'un corbeau sorti des enfers piqua en ma direction. Ce combat ridicule ne manqua pas de faire littéralement mourir de rire Fairth.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Putain Aki, il t'arrive toujours que des merdes » balbutia-t-elle en se tenant le ventre, clouée sur le canapé en pleurs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Arrête de rire cinq minutes s'il te plait » tentais-je de dire en vain, éclatant moi aussi en sanglots.

Le burlesque de la situation rendait tout discours nul et non avenu. Après avoir réussi à chasser mon agresseur, je fus de nouveau interrompu par ce qui se trouvait être l'ami de ma sœur. Il venait nous voir pour nous informer du début des slow's. Que pouvait-il y avoir de plus cliché que cette proposition à cet instant précis, à ce moment spécifique d'une scène toute droite sortie d'un nanar français ? Le plus insultant était certainement la suggestivité dans son regard, m'indiquant clairement que je me mentais à moi-même. Je l'envoyais paître plus loin. Je voulais retourner auprès de Fairth pour reprendre là où nous nous étions arrêtés mais mon lacet s'était défait avec toute cette agitation. Je m’accroupissais pour y voir plus clair. Je tentais de l'enrouler autour de mon doigt mais le bout n'arrivait pas, pas de fin, rien. Je tirais, tirais et tirais encore jusqu'à finir par me retrouver coincé, il était certainement bloqué par quelque chose. J'essayais de remonter jusqu'à son origine. Un peu plus loin se trouvait le pied de Fairth, qui s'amusait grandement de toute la situation. Je tentais d'ignorer ses agissements immatures et préparait un plan pour reprendre le contrôle de mes terres. Un coup sec, détonnant, qui solliciterait tous les muscles utiles lors d'une traction. Il était évident tout ceci était déjà foireux avant même de débuter mais l'espoir qu'elle, même avec une probabilité proche du zéro, ne lâche pas au dernier moment sa proie pour retourner toute la force cinétique de mon mouvement contre moi me poussait à essayer. Après une roulade d'une dizaine de mètres m'ayant fait heurter tout ce qui se trouvait sur le sol, je finissais adosser contre le mur, la tête baissée comme le serait celle d'un héros de shonen face au boss final de sa propre aventure. Inévitablement je retrouvais cette profonde sensation de bien-être, inéluctablement j'allais devoir placer des mots et admettre certaines choses que je ne pourrais certainement jamais faire dans la réalité. Il faisait doux, une petite brise emportait mes doutes. Fairth s'approchait lentement, sûre d'elle. Elle était si... Subjuguante ? Je ne sais même pas si le mot correspond vraiment à ce que je veux définir parce que je suis incapable de mettre des mots sur des émotions qui me perdent, moi qui me prétend toujours au dessus des règles, des lois, en dehors du temps. Si je devais être honnête, alors je pouvais le dire, sans en regretter la portée plus tard : elle était magnifique. Les lueurs nocturnes et l'éclairage des bougies la rendaient si belle. Les traits de son visage, ses formes timides, ses yeux d'un marron doré qui te transporte dans une autre dimension. Plus elle s'approchait plus les battements de mon cœur s’accéléraient, tout était complètement irrégulier. Tous ces petits picotements qui te parcourent le corps dans ces moments privilégiés avec ta moitié, ces petits frissons en réponse à la stimulation amoureuse propre au contact avec la personne que ton corps souhaite. Cette sensation de folie amoureuse qui te donne l'impression de pouvoir mourir si jamais tes sentiments n'étaient pas réciproques un jour. Il n'y avait pas un de mes sens qui n'étaient pas stimulés. Noyés sous cette overdose d'hormones, j'étais incapable de me mouvoir et même si je l'avais voulu, elle était maintenant penchée au-dessus de moi, ses mains bloquant les miennes. Son parfum me rendait fou.
Bien que proche, elle conservait toute sa dignité, l'une des choses qui me faisait terriblement craquée chez elle. Sa tête légèrement tournée sur le côté pour m'indiquer que ça ne lui plaisait pas spécialement non plus mais qu'elle se trouvait sûrement dans le même état que moi. En synchronicité avec ma respiration, elle franchit le pas, cette limite ultime qui nous tenait encore à l'écart de tout problème relationnel, cette étape qui mettait fin à une hypothétique continuité de notre relation amicale jusque lors pourtant si fusionnelle. Ses lèvres étaient douces, un peu sèche au départ, je lui rendais son baiser. Elle prit ma tête entre ses mains, rajoutant de petites caresses tout le long de mon corps. Je ne suis certainement plus objectif mais ses baisers étaient simplement parfaits, dans l'exécution, dans le rythme. Ses cheveux nous tombaient dans les yeux, nous ricanions de la différence de ce genre de scène entre la vraie vie et les films, d'ailleurs de nous-même, après avoir tant rejetés ce genre de choses, nous ne pouvions même pas vraiment y croire. C'était un moment de complicité où chacun s'amusait, en montrant à l'autre une façon de faire propre à son expérience. Les gens partaient pour nous laisser seuls, et j'étais heureux de voir dans leurs regards une profonde jalousie. Je m'aventurais à mon tour sur les caresses, ce qui était le plus adorable dans tout ça, c'était ses réactions contrastantes avec sa personnalité habituelle. J'allais vraiment craqué sur cette dernière minute, sur ces derniers instants, j'allais le dire. Au dernier moment je fus tué.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

« Aki, je t'aime, je suis si... S'il te plaît ferme ta gueule, juste, tu ne l'auras qu'une seule fois » murmura-t-elle, gênée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
« Et c'est toi qui m'avoue ça maintenant ? Compte pas sur moi pour t'acheter des cadeaux après ça » rétorquais-je en levant les yeux.

Elle me tapa gentiment dans le ventre et je me réveillais sur un dernier baiser. Le sourire aux lèvres, une larme courante sur mon visage. Gloria victis, morituri te salutant, nunc est bibendum.

Quousque tandem ?
Akihiro
avatar

Poussin
Sexe : Féminin
Messages : 1503
Date d'inscription : 04/05/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Yukki le Jeu 19 Mai 2016, 23:50
Ouaouh [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] !
Magnifique ce rêve !!! Hormis le côté super bling bling où j'apparais (gros wtf quoi !!!)
Je l'ai trouvé vraiment émouvant et beau !!

J'aurais bien voulu rêver comme ça aussi et peut-être un jour vivre ça !!

En tout cas, je vous verrai bien comme [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et toi !

_______________________________

Yukki
avatar

Maître des quêtes
Sexe : Masculin
Messages : 5929
Date d'inscription : 19/06/2010
Localisation : Annecy

http://www.nippon-syndrom.com
Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Fairth le Ven 20 Mai 2016, 00:37
Réputation du message : 100% (1 vote)
Ouais, normal, c'est pas un rêve, c'est la soirée du nouvel an :T

Bah c'est un très beau rêve, et je comprend ce qu'a du ressentir Fredou en lisant le mien xDD
(Moi aussi je m'étais réveillé avec un putain de gros smile haha~)

Sinon, j'ai compris le message de ce bs, Aki "tous ces sujets sans consistances qui ruinent en quelques temps les fondations d'une relation durable"
"J'avais cette impression de perdre mon temps, de passer à côté de quelque chose d'important. Notre relation étant basée sur des principes si similaires pourtant, j'avais l'impression qu'elle se contentait de briser tout ce qui avait été si durement acquis."

J'arrête d'être Friendly avec toi à partir de maintenant... J'ai dépassé les limites yare

btw je garde ton rêve pour une scène d'otome game, t’étonne pas si tu en réentend parler sur le net mdr
(Première fois que ce sujet rempli son rôle :o)
Fairth
avatar

Poussin
Sexe : Masculin
Messages : 2658
Date d'inscription : 15/12/2011
Localisation : ♔Sur terre♔

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Euffy le Mer 06 Juil 2016, 23:28
Hier j'ai fait un reve super bizarre, alors voila xD

En fait j’étais dans un navire plutôt ancien avec d'autres personnes. Il faisait froid, on était tous vêtu de manteaux de fourrure et il y avait de la glace à perte de vue . brr
À un moment le navire s'arrête car la glace se coupait net devant un long précipice. Devant nous des blocs de glace qui semblent flotter dans l'aire forment comme un chemin au-dessus du vide . Plusieurs personnes se rassemblent sur la proue et on décide d'aller explorer ce chemin. J'y vais avec le capitaine et d'autres personnes . Bizarrement on n'avait pas vraiment peur de tomber, à un moment deux filles derrière moi remarque un liane blanche qui pend d'une sorte de déchirure qu'il y avait au-dessus de nous. (en fait c'est comme s'il y avait un plafond dans le ciel :o ) alors les filles la tire et quelque chose de lourd en tombe et entraine les filles dans le précipice. Nous en continu le chemin qui descend comme si de rien n’était xD et on arrive à un plateau de glace.

Là je ne me souviens pas comment on a fait mais on s'est retrouvé sur la terrasse en pierre d'un vieux château avec de hautes colonnes et qui étaient complètement givré. Il y avait le capitaine et un autre homme, l'autre homme à aussi vu une liane du plafond, il attire dessus et je sais pas comment mais après il a disparu Etoo

Au final il ne restait plus que moi et le capitaine, on approche de la rambarde de la terrasse et laaaa : elle donne sur une sorte de gros trou de dizaines de mètres, l'intérieur était rempli de plantes à hauteur de hanches et surtout dedans il y avait plein de zombies ! fantom En fait on était dans un univers post-apocalyptique où les humains se transformaient en zombies ! ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] fille qui doit trop aimer les animes dans ce thèmes >.<) mais bizarrement deux zombies semblaient s'opposer aux autres, alors on s'est dit qu'on trouverait peu être un gène mutant chez eux, mais moi j'avais peur alors je lui dit :

_On rentre au bateau c'est trop dangereux ici
Il répond : non attend.
Et là il saute dans la fosse  out Je crie : "Renvieeeens" et puis je m'enfuis...  (yep de suis lâche XD)
Je cours à l'intérieur de château, et tout a coup je vois un garçon à coté d'un bateau plus petit que le nôtre (Oui y a un bateau dans le château XD)
Je lui dis : tu es qui toi ?


Et je me réveille T_T

_______________________________

Spoiler:
 
                           
Euffy
avatar

Maître des quêtes
Sexe : Féminin
Messages : 2256
Date d'inscription : 28/01/2015
Localisation : la tête dans le frigo ~

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Nareshi le Sam 16 Juil 2016, 15:29
NS je t'ordonne de sortir de mes rêves ! rofl

Me revoilà pour vous conter celui que j'ai fait cette nuit... J'étais avec une amie dans une sorte de centre et donc il y avait des animateurs et des adolescents comme nous. À un moment on était tous sortis sauf que nous deux on en pouvait plus de les attendre car ils étaient trop lents pour marcher. >.< On avait pris une grande avance et on arrivait à la gare.. Et là je suis ma copine et elle me dit : "C'est ce train qu'il faut qu'on prenne" et elle rentre dedans. Bah du coup je rentre aussi et il démarre aussitôt. Ça m'inquiète un peu parce que les autres n'ont pas pu monter vu qu'ils sont encore en chemin. Je lui en parle elle me fait : "mais non t'inquiète", en mode bas les steaks. XD Je sais plus où on devait aller exactement mais en tout cas c'était en France et pas autre part. Et notre train allait vers le Pérou ! Ne me demandez pas comment le train peut y aller hein.. XD Il devait y avoir un ÉNOORME tunnel souterrain, je sais pas trop. x) Et donc après deux gares qu'on passe je me rends enfin compte qu'on se dirige là-bas... Ouais parce que dans le train ils parlaient pas et annonçaient rien des prochaines gares : en fait c'était démerdez-vous tout seuls ! Et par pur hasard je suis tombée sur une image qu'ils diffusaient sur un écran mais pendant 3/4 secondes quoi.. Et ils montraient qu'on allait tout droit vers le Pérou.. Là je commence à stresser et je secoue ma pote qui reste tranquille sur son téléphone. Je lui gueule dessus et je commence à péter les plombs et à pleurer. Je me souviens plus comment elle a réagi. Puis là je prends ma tablette, je vais sur skype et je parle avec [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], narmol après tout ça t'sais. xD Et je lisais les discussions en cours chez la Dalleu's Family aussi ! Y'avait une réunion chez le staff et on m'avait dit que je devais venir même si j'étais en test.. Mais moi pendant ce temps j'avais une chose très importante à faire : je mangeais évidemment ! On me dérange pas dans ces moments-là. Medhi m'envoie ce message (et vraiment avec ces mêmes mots et tout hein, même les ~~) : "[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] va être furax ~~" Moi j'm'en foutais complètement et je viens à la réunion quand elle est quasiment terminée. Résultat Aelanne commençait à m'engueuler et moi j'encaissais tout comme une digne membre qui écoute ses supérieurs.

Il est pas trop wtf encore.. Mais bon quand ça aborde NS je ne peux pas m'empêcher de le partager avec vous. Et je le redemande : ça suffit de venir taper l'incruste dans mes rêves hein. D'abord Gedo après Euffy et maintenant Ael' et Medhi.. >_< D'autant que j'en ai fait pleins d'autres sur d'autres membres mais je vous les dirai jamais parce que j'ai trop honte. ^^'
Spoiler:
 

_______________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


...:
 



À l’amour, la gloire, l’argent, la loyauté, la justice, je préfère la vérité.

--

L'invention du langage est le plus bel aveu de notre incapacité à nous comprendre...
Nareshi
avatar

Hirondelle Modérateur
Sexe : Féminin
Messages : 1022
Date d'inscription : 26/10/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Nareshi le Mar 09 Mai 2017, 20:13
Moi moi ! Bon je vous cache pas que je rêve encore souvent de NS mais là c'est pas un rêve du forum que je viens décrire.


Première partie, un mardi :

Tout d'abord, petit topo de la situation : mon père c'était plus mon père, c'était, à ma grande surprise, Walter White !! Oui oui, dans Breaking Bad. pff
Donc voilà. Ah et pour une fois mon rêve revêt une certaine logique puisque Skyler c'était ma mère et j'avais un frère qui n'était autre que Walter Junior.

Bon bon bon. Je vous ai pas perdus ? Vous suivez, ça y est ? Allez, j'enchaîne ! Accrochez-vous. o/

J'étais avec mon père, autrement dit Mr. White si vous n'avez toujours pas compris, dans un endroit très louche. En fait, il s'était débrouillé pour rendre toute une zone, dans laquelle il y avait que des immeubles de luxe, vide. Absolument personne excepté moi, mon père et un autre gars. Et mon père avait réussi à rendre l'accès difficile pour les forces policières ou autre. Le fameux gars en voulait à mort à mon père (visiblement il avait gardé sa personnalité de la série : il s'embarque toujours dans les plus grosses merdes xD). J'ai pas plus de précision sur lui mis à part qu'il avait une arme : une machette si vous voulez savoir. Mon père voulait évidemment aussi le tuer et moi je ne sais pas ce que je foutais ici... Je risquais ma vie pour aider mon père apparemment. Je m'étais cachée derrière une porte (super cachette, au passage hein ^^') et là j'entends des bruits de pas et je vois le mec qui rentre dans la pièce. Je crie :
-Papa ! Vite ! Il est là !
Mon père, qui arrive derrière, le chope et l'attache. Ensuite, il commence à le torturer. Moi je regardais ça en éprouvant aucune pitié, narmol. Il lui coupait les bras, le visage, les jambes. Partout partout. Bon, à un moment il s'arrête quand même ('faut être un peu raisonnable chépa) et il laisse le mec sur place, mort. Ensuite, on descend les étages en ascenseur et on sort du bâtiment. C'est là qu'on tombe sur ma mère et mon frère (Skyler et Walter Jr, n'oubliez pas). Ma mère le sermonne, pleure et lui demande de ne jamais revenir à la maison maintenant car il avait désormais du sang sur les mains et blablabla. Mon frère était du même avis. Ils me parlent même pas ; je leur parle pas non plus. Ils repartent et moi je reste avec mon père qui était maintenant dégoûté et affichait une mine déconfite. Soudain, il me dit :
-J'aurais jamais dû aller voir les prévisions de voyance de Marie... (Marie c'est la soeur de Skyler dans la série)
Il me tend le papier, je le prends et je commence à le lire. Y'avait le portrait de Marie et un message à côté. Je me souviens plus de ce qu'il était écrit mais ce dont je suis certaine c'était que je voyais nettement le papier et les lettres dessinées. C'est le moment qui me paraissait le plus réaliste de tout mon rêve. Ah et à partir de là (ou un peu avant, je sais plus exactement) le décor avait changé. Je me trouvais dans les Alpes et c'était un endroit que je connaissais bien en plus ! Ce sera difficile de décrire ce passage mais j'vais essayer...

Petite pause : je bascule dans la réalité. :3 Le coin où on se trouvait c'était dans les Alpes, comme je l'ai déjà dit, dans un chalet où je passe parfois mes vacances. Mon chalet est aligné avec d'autre chalets à ses côtés. Ensuite, il y a un chemin et de l'autre côté du chemin, il y a d'autres chalets. Néanmoins ! Y'a un moment où le chemin (qui est une route en vrai) s'élargit et aboutit sur deux routes. J'espère que vous visualisez bien. ><' Au milieu des routes formées, il y a un grand espace pratiquable. Ah ! Lorsque la route se sépare, d'un côté il y a une rivière et de l'autre il y a encore quelques chalets.

Je reprends. Walter et moi, on était du côté de la rivière. Je disais donc que j'étais en train de lire le papier sur les résultats de voyance de Marie... Et là, bam ! Comme dans les jeux vidéos quand un danger nous menace, j'entends une musique hyper stressante. Je lève les yeux et je vois un homme corpulent et imposant, avec un chapeau jaune avec des bandes noires. Au fond de moi, je savais qu'en ce moment, il y avait un groupe de tueurs qui rôdaient un peu partout dans le monde et qui tuaient tous ceux qu'ils voyaient. Qu'est-ce que je fais alors ? Je cherche à sauver ma peau ! Mon père se lamentait sur son sort et il se préoccupait nullement de ce qui l'entourait mais moi j'ai pas fait la moindre chose dans l'intention de le sauver. XD Alors ! Je traverse l'espace qu'il y a entre les deux routes. Précision que j'ai failli oublier : ce groupe de tueurs avait l'habitude de prendre son temps avec ses victimes, donc en fait le gars que je voyais ne se pressait aucunement, même si moi je courais et tout ça : il s'en contrefichait. Et là bam (bis) ! Je vois ma belle-mère qui sort de nulle part et qui marche tranquillement sur le chemin, son portable à la main et le tueur juste derrière elle. Je crie et j'lui dis :
-Cours ! Dépêche-toi ! On va se faire tuer !
Et elle, qui ne m'adresse aucun regard et qui regarde encore son téléphone, me répond en me faisant un bref signe de la main :
-T'inquiète !
J'étais effrayée et elle, elle s'en foutait royalement ! Sur l'autre chemin, il y avait sa voiture (une Dacia Sandero bleue si ça vous intéresse). Je saute dedans tellement je suis pressée de m'enfuir et dans ma tête j'avais envie de la secouer pour qu'elle se bouge parce que le mec était vraiment près. Plusieurs mètres avant d'être à la voiture, elle fait un mouvement de fou et elle va super vite et elle se retrouve sur la place du conducteur. Elle démarre, elle fait un dérapage comme je n'en ai jamais vu et elle reprend la route en sens inverse. Elle tourne la tête et elle me fait :
-Tu vois, j'avais raison !
-C'est vrai !
Puis on rigole : on était contentes. J'étais tellement soulagée qu'elle m'ait sauvée à la dernière minute.

Deuxième partie, le même mardi (il me semble) :

Ensuite, je crois que c'était le même soir, entre deux songes. J'ai fait un autre rêve mais il avait encore une fois un peu de logique. C'était juste que j'allais en cours mais mon père était mort (c'était toujours Walter White hein ! Et c'est une continuité du précédent rêve j'suppose !). J'étais vraiment mal, je passais des pleurs aux rires, pour absolument rien. Mes camarades me regardaient avec peine et me demandaient :
-ça va ?
Et je répondais :
-Oui oui, ça va.
Je me souviens même qu'à un moment, je passe dans les couloirs du lycée (qui était, au passage, très lugubre) et je vois ma professeur de SVT. Je pleurais beaucoup et elle m'a juste regardée et elle est partie... C'était trop méchant, sérieux ! mdr Pourtant en vrai, elle est trop gentille cette prof'. =w= Bref. C'était sacrément traumatisant, malgré le fait que ce ne soit qu'un rêve. o: Et à un moment, juste avant la fin de ce court rêve qui me fait encore froid dans le dos, je prends conscience d'un truc et ça m'a étonnée.. D'un coup, j'me suis dit : "Mais.. attends. Pourquoi je pleure pour la mort de mon père ? Mon père, c'est pas lui..." Voilà comment ça s'est terminé ! x)

Troisième partie, un jeudi :

Mais c'est pas fini ! J'ai fait un autre rêve, toujours en étant la fille de Skyler et Walter. On était allés se promener tous ensemble. Jusque-là, tout va bien, tout est normal et plausible (enfin presque). On passe sous un tunnel et, bien sûr, il s'écroule juste quand on est dedans. Finalement, on réussit à s'en sortir tous les quatre. Sauf que je pense qu'on faisait une randonnée groupée parce qu'il y a eu plein de morts et de gens sous les décombres. D'ailleurs, comme il y avait encore des gens piégés mais pas encore morts, ils demandaient à l'aide. Mon père nous regarde tous et nous dit :
-Je n'aiderai personne moi.
Et, en gros, ça signifait clairement que si on faisait quelque chose pour eux, il désapprouverait et je me demande ce qu'il aurait fait.. mais on a pas désobéi dans la famille. XD (haha, l'autorité paternelle..) Et là ! Qui je vois ? Cheon Song Yi qui débarque de nulle part (du drama My love from the star). Bon, il y a certaines personne qui viennent en aide aux gens encore piégés. Tous les survivants trouvent des tronçonneuses. C'est alors qu'ils ont tous une idée géniale : et si on faisait une bataille à la tronçonneuse entre les gens qui sont venus en aide aux blessés et les blessés eux-mêmes ? Evidemment, pratiquement tout le monde approuve. Moi je dis que je ne veux pas risquer ma vie pour si peu, je préfère m'abstenir. J'ai quand même manipuler une tronçonneuse pour voir l'effet que cela faisait et j'me suis dit qu'il valait mieux que je ne fasse rien. Ensuite, je vois une fille qui souhaitait participer à la bataille et qui fait de grands gestes, l'arme à la main. C'est là qu'elle se coupe le bout du nez. C'était vraiment épique comme action, je revois la scène et c'était plus comique que dramatique !! XD Le pire, c'est que son nez était toujours là, intact, sauf que dans une de ses narines, y'avait un bout incrusté de tronçonneuse... Bon dit comme ça, c'est pas drôle, mais franchemebnt quand je visualise la chose, c'est hilarant. C'est là que Cheon Song Yi joue un petit rôle dans mon rêve. Elle faisait partie des candidats mais chaque participant devait remplir un formulaire (c'était plus un tableau) dans lequel il devait écrire les prénoms de tous ceux qui allaient s'affronter. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai vu sa fiche à elle et je l'ai lue. Au début, elle avait cru que je participais et comme elle ne connaissait les noms et prénoms de personne, bah elle marquait des traits de caractère ou des conneries. Pour moi, elle avait inscrit ces trois mots ; timide, pudique et un autre que je n'ai pas réussi à déchiffrer. Bon, c'était barré puisque je ne participais pas mais j'ai pu lire ça au moins. Ensuite, deuxième colonne pour la deuxième candidate, y'avait une accolade et Song Yi avait marqué sur le côté : "C'est quoi ton nom à toi, déjà ?" Et enfin, j'ai pu lire autre chose de vraiment bizarre :"Ton vernis bleu, il est rouge ou bleu ?" Aucun sens mais bon... Osef. La bataille a lieu et Song Yi s'écroule, hors jeu. Je l'observe calmement et là je pense à quelque chose : "S'il y a Cheon Song Yi, c'est qu'il y a forcément Hwi Kyung !" Comme je le voyais pas dans les parages, j'en ai déduit qu'il était mort.. (oui je sais, c'est un peu hâtif comme conclusion xD) Lorsqu'elle se relève, j'y repense et j'me dis : "Bon bah j'ai pas envie de lui annoncer moi : ce serait trop difficile.." Et voilà ! Je m'en sors lâchement finalement. XD C'était la fin.

Voilà voilà ! N'hésitez pas à venir me dire ce que vous en pensez et venez partager vos rêves avec nous. Je voulais pas forcément relancer le sujet mais ce serait bien qu'il y en ait d'autres à lire. ^^

Oh j'ai failli oublier quelque d'important. Merci à celles et ceux qui prendront le temps de tout lire !

_______________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


...:
 



À l’amour, la gloire, l’argent, la loyauté, la justice, je préfère la vérité.

--

L'invention du langage est le plus bel aveu de notre incapacité à nous comprendre...
Nareshi
avatar

Hirondelle Modérateur
Sexe : Féminin
Messages : 1022
Date d'inscription : 26/10/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Hansha le Dim 09 Juil 2017, 15:08
J'ai fait un rêve qui s'est répété, il s'est toujours arrêté à peu près au même moment .-.
Ce n'est pas moi, c'est une jeune fille brune qui porte un queue de cheval. Elle me ressemble mais je sais que ce n'est pas moi. Je ne me souviens plus trop de comment ça s'est passé la première fois, j'ai oublié pourquoi j'étais, pourquoi elle était arrivée dans cet endroit. Alors je vais raconter mon dernier rêve de ce genre.

J'écoutais la conférence d'un aspirant au trône. Un petit homme laid avec les cheveux crasseux qu'il cachait sous une montagne de bijoux dorés. À la fin du discours, la foule se mit à clamer un mot. Tout le monde sauf moi et trois autres personnes. L'homme nous remarqua et s'écria depuis son estrade : « Attrapez-les! Ils ne connaissent pas le mot! À mort! »
Les gardes se rapprochèrent et les autres et moi nous précipitâmes pour sortir de la foule. Les larbins de ce futur roi nous poursuivaient et un mur  nous bloquait. Sur ce mur, trois issues s'offraient à nous. À droite, les cellules de prison qui ressemblaient fortement à des écuries violettes; à gauche, une ouverture béante, noire, le vide; et au centre, il y avait des escaliers qui s'enfonçaient profondément dans le sol. C'était peut-être des catacombes. Je savais que les condamnés à mort avaient été enfermés là durant la seconde Guerre Mondiale. Je savais aussi que c'était le chemin que je devais prendre, celui que je prenais à chaque fois. Tandis que je m'élançais vers les souterrains, deux des poursuivis se jetèrent dans la prison et le dernier se laissa tomber dans le vide. J'étais la seule à pouvoir m'en sortir. Pour cela, il fallait que je coure vite, j'avais l'habitude. En bas des escaliers, je croisai un troupeau de soldats à ma recherche, puis un deuxième. Un seul me reconnut et me poursuivit. C'était un femme assez idiote qui courait comme une dinde. Les catacombes était un véritable dédale. Je courais sur le sol humide, tournais dès que je le pouvais, me faufilait dans des couloirs de plus en plus étroits, sautais au dessus des fosses remplies de vide. Ces trous étaient toujours entourés de petites bordures de pierre juste assez grandes pour que je puisse y atterrir sans risquer de tomber. Il faut dire que j'étais très agile. Parfois, dans les couloirs, je croisais des ouvertures. C'était des chambre, ou plutôt des cellules sans barreaux. Je n'eus pas trop de mal à semer ma poursuivante. Je courais dans le grand corridor soudain je bifurquai à gauche dans un couloir plus petit et plus sombre. Pendant un moment, je tournai en rond, la femme à mes trousses. Puis un trou de néant apparut devant moi. Je sautai sur le bord droit. Sur le bord gauche, je voyais l'ouverture d'une cellule. J'avais peur de ne pas arriver à l'atteindre. Prenant mon courage à deux mains, je me propulsai au dessus du vide. Quand mes pieds touchèrent la pierre froide de la cellule, je faillis tomber mais je me rattrapai au mur. Je m'assis dans la petite pièce humide. Les murs de pierre avaient un reflet bleuté, la table et le banc de bois semblaient ne faire qu'un avec le sol tant la poussière d'argile les avait recouverts. Un squelette gisait allongé sur le sol et un lavabo était accroché au mur, à droite de l'entrée. J'avais dans mes poches une bouteille d'eau et une boite contenant un sandwich et des tomates. Je repensai aux anciens prisonniers morts de faim et de soif dans cet endroit. Celui qui avait été enfermé dans la pièce où je me trouvais avait mangé ses doigts pour survivre. Puis il se mit à pleuvoir du plafond, les soldat couraient juste au dessus de moi.

En général, je me réveille au moment où je suis assise dans la cellule des catacombes mais cette fois, il y a eu une sorte d'ellipse temporelle.
J'étais sortie des souterrains depuis longtemps. Dès que j'avais pu m'échapper, j'avais été trouver la reine, une fillette de six ans environ. Je lui apprenais à lire et à calculer et elle me protégeait des accusations de cet homme qui m'avait condamnée à mort.
Fin!

Voilà voilà, ça faisait longtemps que j'avais pas fait de rêves aussi précis.
Hansha
avatar

Poussin
Sexe : Féminin
Messages : 713
Date d'inscription : 13/08/2016
Localisation : Au Pays Imaginaire

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Nareshi le Dim 09 Juil 2017, 16:03
Quelle aventure Hansha ! Ce devait être éprouvant...

Cette nuit j'ai encore rêvé du forum. J'étais sur la CB animation et il y avait une animation organisée par Medhi, comme hier. Le quiz se déroule sans encombres jusqu'aux résultats. Medhi nous annonce que Celli' a gagné 44,5 points et Mi 22 points. Le reste je ne sais plus combien ça faisait. Je me manifeste en disant qu'il y a un sérieux problème. Tout le monde trouve que c'est bon alors je me fais jeter... Mais je comprenais vraiment pas pourquoi personne ne me croyait. On devait avoir un point par bonne réponse, y'avait une vingtaine de questions donc c'était impossible, putain ! D'un coup mon père se ramène avec Medhi et ils commencent à débattre sur les points. xD Mon père cherchait des arguments pour prouver que je disais pas n'importe quoi et les exposait à Medhi, puis Medhi répliquait, c'tait trop marrant à voir ! Dans ma chambre en plus tsss ! Finalement, je ne sais pas qui sort vainqueur, dommage... Ce que je sais par contre, c'est qu'à la fin, Léo vient comme ça sur le Discord en mode "chuis en retard". Naturellement il s'est fait pourrir (comme d'hab' chépa) et ça se termine ainsi.

Mmmh je ne pense pas en tirer quelque chose mais c'était sympa. J'ai fait des rêves meilleurs cependant. Quand cela arrivera encore, je les partagerai.

_______________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


...:
 



À l’amour, la gloire, l’argent, la loyauté, la justice, je préfère la vérité.

--

L'invention du langage est le plus bel aveu de notre incapacité à nous comprendre...
Nareshi
avatar

Hirondelle Modérateur
Sexe : Féminin
Messages : 1022
Date d'inscription : 26/10/2014

Revenir en haut Aller en bas   
Messagepar Contenu sponsorisé le
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas   
 Raconte-moi ton rêve Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers:  
Nippon Syndrom :: Made in NS :: Créas littéraires